Kadima Lutùùlù nè Kadima Lùbilu kupungabo madimbà, kusàka, kwakaja kumana. Kadima Lutùùlù wèndè musambo ùvwa nè :
« Kadima Lutùùlù ùyaya panyì ?
Ne nye katembèlà mwà Mulopò.
Lutùùlù, Lutùùlù ne uye penyì e” ?
Ne nye katembèlà mwà Mulopò e nya! »

Musambo wà Kadima Lùbilu ùvwa nè :
« Lùbilu, Lùbilu, uyaya panyì ?
Ne nye kutembèlà kwà Mulopò.
Lùbilu, Lùbilu wa mwà Mulopò è’,
Ne nye katembèlà mwà Mulopò’ è’ nya! »

Kadima Lutùùlù kujukayè: bènda bàmwimba, ànu mwèndè mùmwèmùmwe àmu too nè kwà Mulopò. Ufikà kwasayè:
« Kadima Lutùùlù mwana Mulopò.
Ndi muyè kutèmbela mwà Mulopò,
Lutùùlù, Lutùùlù wa mwà Mulopò è’,
Ndi muyè kutèmbela mwà Mulopò è’ nya’ ! »

Kwimbayè dîba, Maweeja nè :
« Anji lààla, mwanànyi; wêwe muyè kungimba même Taatù èèbè, udi mwisuku anyì? Anji sòmba. »

Difùku dinaayi edi, Lutùùlù wimba, dijalama, Mulopò kumubikila, kumwambila nè : wamanyi kwimba, imànà nkulayè. Mulopò ùbwela mu nzùbu; tubùlu twà buloba tùbidi kumupà. Kumwambila nè :
« Pa wàfikà, ùbikilè beena kwènù bônso, pashishe wêwe ùtutè tubùlu twà buloba etu panshì ne ùmònè bidimu. »

Lutùùlù kuya wènda ùtèmbela banga bamfùmù to nè mwàbô. Ùfika, kujùkulayè madimbà, wimba to. Bantu kukùka nè bà ku màlàlà.

Lutùùlù kubàlôndela biônso bivwà Mulopò mumwenzele kumana. Kupàtula tubùlu twà buloba atô tubidi. Utàpa kà kumpàla panshi. Ngômbe kupàtuka, bisàku, bisàku; nzòòlo, mbùji, mìkooko nè bifùkà Mvìdye byônso. Utàpa kibidi panshì: bakàjì kupàtuka milongo nè milongo, bâna, banungu bisàku nè bisàku. Kutùlangana panshì bisàku nè bisàku.

Mwabilayi kwabanyina bantu bintu’ abiô, kupunga kumana. Kubwela mwèndè kulààla.

Kadima Lùbilu yêye nè: Mulopò ne ampè même bipite byà Kadima Lutùùlù. Kuponayè ne’endè madimbà mu njila, bènda bakàsà anu nè:
« Lùbilu, Lùbilu, uyàya panyì è?
Nyaya katèmba kwà Mulopò è.
Kàlàdi mu njila uyaya panyì è?
Nyaya katembèlà mwà Mulopò è, nya”! »

Bàvwà bàmba nè: imbà, tùmônèku maja. Lùbilu kànangi; byèndè anu lùkàsà.

Lùbilu pwà nè mwà Mulopò. Ufika kwasaye’anu musambo wènde’au. Utùla kuambila Mulopò nè :
« Même diànyi didi ànu dimwè, ntshîna ndàla àbidi. »

Bucììyà Lùbilu kwimba, ùtùla nè: Mukalenge fidayanyi, fiyé kwànyi.

Mulopò kimmubènga. Ubwela, tûngùlùbè, twènde atô tùbidi, kùpà Kadima.

Kadima ufika, wimba, bantu bipwilà. Bànzànkùdi tungùlùbè twènde atô, pwà. Utàpa kàmbedi panshì ; mbùlùbùlù, njiji, nnyòka, mangùlùngé, tumanda makônyi. Bukwà bîshi bônsô pàtu.

Utàpa kibidi; ntambwe, nkàshàmà, ngandù, nzevu, bukwà nnyama yônso. Ntambwe nè biônso abio nè: Bantu bàyaya bàtùshiya !

Ntambwe wènda ùshibaya, bìshi kusùma bantu kuzengeja. Bapandi kùdi nyama kuya bènda bàdilanganà anu miadi.

Lùbilu kushipesha bantu kipàyi bwalu.
Lutùùlù ndupite lùbilu.
Lutùùlù ùyîle kafika,
Lùkàsà ùyîle kacibuka mukòlò mu lwondo.

Kidimba à 9 touches
Kidimba à 9 touches

Kadima le Calme et Kadima l’Agité arrangeaient leurs xylophones et les accordaient convenablement.

La chanson de Kadima le Calme faisait comme ceci:
« Kadima le Calme, où vas-tu ?
Je vais jouer (sur mon xylophone) chez Dieu.
Doucement, doucement, où vas-tu ?
Je vais jouer chez Dieu, c’est ainsi ! »

La chanson de Kadima l’Agité faisait comme celà:
« Vite, Vite où vas-tu ?
Je cours chez Dieu pour le chanter.
Vite, vite au village de Dieu,
Je vais chanter chez Dieu, c’est ainsi ! »

Kadima le Calme partit ; en cours de route, il chantait 1 Dieu, toujours et toujours à sa propre manière (lente), jusqu’à ce qu’il arriva chez Lui. Lorsqu’il était là, il chantait:
« Kadima le calme est enfant de Dieu.
Je suis venu jouer en l’honneur de Dieu,
Doucement, doucement dans le village de Dieu,
Je suis venu jouer en l’honneur de Dieu, c’est ainsi ! »
Il jouait toute une journée. Dieu lui dit :
« Reste ici pendant quelques jours, mon enfant. Tu es venu chanter pour moi, pour moi ton Père, es-tu en brousse ici 2? Prends tes aises ».

Le quatrième jour, pendant que Lutulu était en train de chanter, vers midi, Dieu l ’appela et lui dit:
« Tu as bien chanté ; attends : je vais te donner un cadeau ».

Dieu entra dans sa maison ; Il lui donna deux mottes de terre. Il dit :
« Lorsque tu arrives dans ton village, appelle tous les gens de chez toi, jette chacune de ces mottes par terre et tu verras ce qu’elles contiennent ».

Lutulu partit et chanta les chefs en cours de route, jusqu’à ce qu’il rentra chez lui. Arrivé là, il commença à jouer du xylophone et à chanter, longtemps. Les hommes arrivaient de toutes parts, même des coins les plus éloignés. Lutulu leur raconta en détail tout ce que Dieu lui avait fait. Il montra ses deux mottes de terre.

Il jeta la première par terre. Des vaches en sortaient par troupeaux entiers, puis des poules, des chèvres, des moutons et tout ce que Dieu a créé. Il jeta la seconde par terre : des femmes en sortaient par rangées entières et des enfants et des jeunes gens 3 en des groupes innombrables. Ils se trouvaient là en longues rangées. Notre homme illustre distribua aux gens du village tous ces biens, tout ce qu’il y avait et en bon ordre. Puis il entra dans sa maison et se reposa en paix.
Kadima l’Agité se dit en lui-même : « Dieu me donnera encore plus qu’à Kadima le Calme ». Il se mit en route avec son xylophone en chantant :
« Lubilu, Lubilu, où vas-tu ?
Je vais chanter en l ’honneur de Dieu.
Toi qui ne passes pas la nuit en cours de route 4 où vas-tu ?
Je vais chanter chez Dieu en son honneur, c’est ainsi ! »

En chemin on lui demanda :
« Chante, que nous voyions comment tu danses ».

Mais Lubilu ne voulait pas (s’attarder). Tout devait aller vite.

Lubilu arriva chez Dieu. De suite, il commença sa chanson. La chanson finie, il dit à Dieu:
« Je n’ai qu’une journée à perdre. Je n’ai pas le temps de rester ici deux jours ».

Le lendemain matin, Lubilu se mit à chanter. Lorsqu’il eut fini, il dit :
« Seigneur, donnez-moi mon cadeau que je puisse retourner chez moi».

Dieu ne refusa point. Il entra dans sa maison, sortit avec deux mottes de terre et les remit à Kadima.

Kadima revint et se mit à jouer. Les hommes s’assemblèrent. Notre téméraire 5 montra ses deux mottes de terre.
Il jeta la première par terre: (il en sortit) des abeilles, des mouches, des serpents, des guêpes, grandes et petites. Toutes sortes d’insectes en jaillirent. Il jeta la seconde par terre : des lions, des léopards, des crocodiles, des éléphants et toutes sortes d’animaux sauvages ! Les lions et toutes ces bêtes criaient :
« Les hommes ne peuvent pas nous échapper! »
Le lion courait en tuant, les insectes en piquant et en importunant les hommes. Ceux qui surent se sauver s’enfuirent en hurlant.
Lubilu (la Hâte) en était la cause que des gens furent tués sans leur faute. Lutùùlù (la Patience) vaut mieux que la Hâte: La Patience partit et arriva (saine et sauve); La Hâte partit et se cassa la jambe en route. (Patience est mère de Sûreté)

Conte  Bakwa Kalonji

Source: Notion de Dieu chez les Balubas du Kasaï

  1. Chanter signifie ici : entonner une chanson, jouer du xylophone et danser. 
  2. Tu ne seras pas abandonné sans soins ici = je te donnerai à manger abondamment. 
  3. Banungu: hommes cultivés qui peuvent accompagner le chef ou lui servir d’ordonnances. 
  4. Il est trop pressé pour rester passer la nuit. 
  5. Banza nkudi est le pendant de Muabilayi: Les deux mots sont des surnoms d’hommes intrépides illustres. Mais Muabilayi l’est dans le bon sens, le héros, le courageux ; Banza nkudi l’est dans le mauvais sens, le téméraire, l’entêté. Le mot provient de lubanza = cour, demeure, et de nkudi = nkuvu = tortue. Têtu comme la tortue sous sa carapace. 

One thought on “[Nsùmwìnù] Kadima Lutùùlù nè Kadima Lùbilu

  1. C’est une tres belle histoire. Merci d’avoir partagé.
    J’ai quelques questions par rapport aux noms et leur signification.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s