[Blog] De la musique congolaise

Dans cet article, je vais parler de la musique congolaise qui me déçoit un peu. La musique congolaise qui était autrefois à la pointe de ce qui se passait dans le paysage musicale d’Afrique noire est aujourd’hui en perte de vitesse. Ils nous font du réchauffer, des choses que nous avons déjà revues et ré-entendues et du coup nous nous tournons vers des artistes venus d’ailleurs qui nous apportent de la fraîcheur.

DrNico
Nicolas Kasanda wa Mikalayi aka Dr Nico, guitariste

Les artistes congolais se sont assis sur leurs lauriers. Oui, il fût un temps où nos musiciens influençaient l’Afrique entière. Oui, nos Dr. Nico et autres Diblo ont distillé leur savoir à des musiciens africains avides d’apprendre le style congolais. Et voyez maintenant, le Kenya produit de très bons artistes ainsi que le Nigéria, pour ne citer qu’eux. Ils ont réussi à intégrer la guitare congolaise à leur musique et à se l’approprier pour créer quelque chose qui leur ressemble.

La musique congolaise manque cruellement d’innovation (et je pense principalement à ceux qui font du soukous/ndombolo/rumba) et je vais tenter d’expliquer quelles en sont les raisons, à mon humble avis:

– la première raison, c’est l’abscence cruelle d’un système d’exploitation musicale solide. Les artistes congolais ne reçoivent quasiment pas de droits d’auteurs du fait que leur musique est piratée à outrance. Par conséquent, les artistes ayant besoin de manger aussi, rentrent dans le système des mabanga, qui leur permettent de vivre. Cela soulève deux problèmes. Le premier est que la qualité des chansons est grandement compromise. Plus tu insères des dédicaces et moins il y a de place pour de vraies paroles. Le deuxième problème est que le système de mabanga entraîne des dérives et on peut se demander si les artistes cherchent même à produire une bonne chanson ou simplement à se faire le plus d’argent possible avec. Personnellement, je fais le choix d’acheter les albums des artistes africains que j’apprécie parce que quitte à dépenser 10$, je préfère les mettre sur un artiste Africain plutôt que sur la “junk music” dont nous abreuve les ondes occidentales. Je ne nommerai pas de noms mais je pense que tout le monde sait de quoi je parle. Donc oui, j’achète Kasaï Allstars, j’achète Rey Lema, j’achète Lokua Kanza. Malheureusement, l’argent va plus au producteur qu’à l’artiste (s’il ne s’est pas autoproduit) mais c’est mieux que rien. Une des pistes les plus solides, serait peut-être d’opter pour un système indépendant à la Ryan Leslie (vente directe d’artiste à fan) que pas mal de jeunes artistes congolais ont déjà adopté.

1998_RayLema_DreamGazelle
Rey Lema, pianiste

– la deuxième raison, c’est le manque d’exploitation d’internet. Certains artistes ne sont absolument pas représentés sur la toile ce qui rend très difficile le fait de vouloir suivre leur actualité. La plupart de nos artistes congolais n’ont pas de site officiel. Une personne comme Tshala Muana n’a pas de site officiel. Incompréhensible! Certains ont des pages Facebook ou Twitter mais parmis eux, certains n’optimisent pas leur utilisation. Parmi les artistes les plus proéminents qui ne s’en sortent pas trop mal, je pourrais nommer Awilo, Papa Wemba et Fally. Beaucoup d’artistes ont des profils Facebook au lieu de pages Facebook ce que je n’aime pas trop. Il y a une option sur Facebook qui permet d’activer l’option follow sur les profils mais apparemment peu d’artistes sont au courant et tout le monde n’a pas forcément envie d’être ”ami” avec les artistes qu’ils apprécient mais simplement suivre leur actualité.

– la troisième raison, c’est l’abscence de promotion des cultures locales. Oui, Kinshasa c’est la capitale, on y parle Lingala, etc. Mais il n’y a pas qu’une seule langue au Congo. Il y en a plus de 400! Je pense que culturellement, le Congo ne manque pas de diversité mais cette richesse n’est pas du tout exploitée. À part le Cilubà et le Kiswahili, on entend que le lingala. Les Baluba ont un attachement particulier à leur langue et à leur culture ce qui fait que le Cilubà est quand même bien représenté et il y a toujours des artistes pour le promouvoir. Et le Kiswahili également. Il existe des albums de musique entiers en Cilubà et en Kiswahili. Mais le Kikongo qui est une langue nationale est pourtant très très peu représenté au niveau national et international. Où sont les Bakongo? Un artiste respecté comme King Kester, par exemple, n’a pas fait grand chose pour la promotion du Kikongo alors qu’il est né à Kikwit, en plein Bandundu. Oui, les artistes ont le droit de chanter dans la langue qu’ils désirent, en lingala, en Français ou en Portuguais même mais moi j’aimerais beaucoup que les artistes congolais soient fiers de chanter sur des rythmes traditionnels (modernisés ou pas), dans leur langue d’origine. Je pense que cela nécessite une impulsion qui va au delà de la simple envie. Il faudrait une valorisation conscientisée de chacun au niveau national. Je leur lance ici un appel: Chantez en Ebudza, en Nande, en Tetela, en Mongo, en Medje, en Yaka, en Shi, etc. Le Congo est un puits sans fond de culture.

cedkoncept2
Ced Koncept, rappeur

 – la quatrième raison, c’est le manque de supports vidéos solides. Je parle ici des artistes confirmés. La bonne chose c’est que depuis une dizaine d’années, ils nous épargnent les fonds kitsches. Je ne pense pas qu’il y ait besoin de beaucoup d’argent pour produire un clip vidéo solide et propre. Il faut un bon site de tournage, pas forcément un studio, des équipements de base, un bon site, des tenues propres, une bonne connaissance technique pour tirer le meilleur de l’environnement, une bonne caméra ou appareil photo et surtout un bon concept. Quand je vois des artistes confirmés qui sortent des vidéos faites à la va-vite, c’est décevant. Il y a une raison pour laquelle les artistes en général sortent un album une fois tous les deux ans; c’est qu’ils veulent un produit de qualité. Je ne crois pas qu’en sortant un album tous les six mois ou tous les ans comme le font certains artistes congolais parfois, un artiste ait le temps de faire les choses proprement. Les vidéos des artistes congolais sont souvent limitées à montrer une vision très occidentalisée de l’Afrique avec les vêtements et accessoires “flashy”, la piscine, la villa et tout ce qui s’en suit, dans lesquels on montre souvent des hommes ou femmes qui font démonstration de la dernière chorégraphie à la mode. Je trouve qu’il manque une dimension inspirante que l’on retrouve chez peu d’artistes. On peut citer Lokua Kanza qui nous fait des clips simples mais inspirants. Il n’y a qu’à comparer ces vidéos par Meje30 ou ce teaser de Werrason  et ces vidéos par Faada Freddy et Sauti Sol. Les concepts sont simples mais ils touchent au coeur. Ces vidéos sont émouvantes et inspirantes!

– la cinquième raison, c’est le manque de sérieux dans le traitement de l’image des stars. Il y a une tendance à l’américanisation qui me désespère. Entre les filles qui dansent sans culotte et les gars qui couchent avec les femmes d’autrui, le paysage “people” congolais est devenu du grand n’importe quoi. Et ne soyez pas surpris mais les Congolais ont plutôt une mauvaise réputation (pour ceux qui ne connaissent pas le Congo et les Congolais) et ce à travers le monde. Comme toujours une minorité impacte négativement la réputation des Congolais. Il serait une erreur de prendre pour exemple Beyoncé et compagnie. Le Congo n’est pas l’Amérique et a une histoire plus riche et plus importante que l’Amérique et l’Amérique n’est pas vraiment une référence. Le monde pense que tous les Congolais se comporte de manière frivole et impolie et vulgaire. Ce qui n’est pas du tout le cas. Et dans ce sens, les artistes congolais doivent relever un peu le niveau car ils sont la vitrine de la RDC qu’ils le veuillent ou non.

Après tout ceci, il faut quand même dire que la rumba congolaise reste la marque de fabrique du Congo musical. Papa Wemba a sorti un nouvel album avec de nouveaux morceaux de rumba. Nous avons aussi, par exemple, Meje 30, intronisée par Tshala Muana. Bon, c’est de la bonne rumba mais ce n’est pas vraiment innovant. Moi, j’ai envie d’autres choses. Il n’y a pas que la rumba au Congo, il y a plein de musiques diverses et variées, anciennes ou nouvelles. Les rappeurs locaux apportent aussi des choses intéressantes. À leur époque, il y a plus de 50 ans, Dr. Nico, Franco et les autres ont révolutionné la musique moderne d’Afrique noire. J’attends aujourd’hui l’artiste Congolais qui viendra révolutionner à nouveau la musique africaine pour les 50 prochaines années!

[Bwakulu] Comparaison des langues nationales

Dans un pays qui regorge de langues vivantes, il nous faudrait des jours pour en parler. Concentrons-nous alors sur les 4 langues nationales. Commençons tout d’abord par une courte présentation de ces 4 langues nationales de la République Démocratique du Congo: le Kiswahili, le Ciluba, le Kikongo, le Lingala.

Le Kiswahili est parlé principalement dans la partie Est du Congo avec plus de 10 millions de locuteurs en tant que langue première mais plus de 40% de la population congolaise peut s’exprimer dans cette langue, soit environ 30 millions de personnes, ce qui en fait la langue la plus parlée au Congo. Plus on se déplace vers l’Est de l’Afrique et plus le Kiswahili est arabisé. Bien qu’au Congo on y parle une version simplifiée et plus bantouisée que dans l’Est de l’Afrique, les gens se comprennent, un peu comme les Français et les Québécois. La version congolaise du Kiswahili est aussi appelée Kingwana. La zone swahiliphone comprend le Congo biensûr, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi, le Kenya, le nord de la Zambie, du Malawi et du Mozambique, le sud du Sud Soudan ainsi que le Sud de l’Ethiopie et de la Somalie,  l’île de Zanzibar et les Comores (13 pays).

Zone_swahili

 Le Ciluba est une langue qui est principalement utilisée dans sa région d’origine c’est-à-dire au Congo (Kasayi et Katanga – plus de 10 millions de locuteurs) ainsi qu’au Nord de l’Angola (2 pays).

 Le Kikongo ou sa version simplifiée, le Munukutuba, est parlé dans les deux Congo, l’Angola et le Gabon (4 pays). Il s’écrit couramment avec l’alphabet latin mais possède aussi son propre système d’écriture à formes géométriques que l’on appelle le Mandombe. Il existe environ 2 millions locuteurs en RDC.

foto-LanguageMap-Kikongo-Kituba

Le Lingala est parlé dans les deux Congo, l’Angola, la Centrafrique, le Sud du Cameroun et une partie du Gabon (6 pays). Il regroupe environ 10 millions de locuteurs au Congo (1ère et 2ème langue).

LanguageMap-Lingala-Larger_Location

Les langues bantoues sont liées et ont une réelle base commune. Il n’y a qu’à voir ce tableau comparant les 4 langues nationales du Congo en allant de l’Est vers l’Ouest. En rouge, les termes similaires dans les 4 langues et en bleu ceux qui le sont dans 2 ou 3 des langues nationales.

Kiswa.
Ciluba
Kikon.
Linga.
personne mutu muntu muntu mutu
homme mume muluma mwana yakala mobali
femme muke mukaji mwana n’kento mwasi
enfant mwana, mutoto mwâna mwana mwana
père baba taatù tata tata
mère mama maamù, baaba mama mama
grand-parent bibi/ babu kaakù nkaka nkoko
chef jumbe mfumu mfumu mokonzi
moi meme même/ mêma mono ngai
toi wewe wêwe/ wêwa nge yo
nous sisi twêtu tu biso
oui ndiyo eyowa inga/ ingeta iyo
non hapana/ siyo to mpo te
et, avec na ne/ni ye na
qui? nani? nganyì? nani? nani?
quoi? nini? cinganyì? nki? nini?
quel? gani?/ -pi? cinganyì? /-èpi? nki? nini?
quand? lini? diba kaayì? buna ntango nini?
où? wapi? kwepì? kwe? wapi?
pourquoi? kwa nini? bwa cinyì? mu nki diambu? pona nini?
comment? je? mushindu kaayì? bwe? boni?
combien? ngapi? nga? kwa? boni?
grand nene nène nene monene
petit -dogo -kesà buke muke
long -refu -le leya molai
court fupi ìpì nkufi/ fioti mukuse
animal munyama nnyama nyama nyama
poisson samaki mushipa mbisi mbisi
chien mbwa mbwa mbwa mbwa
poule kuku nzolo nsusu nsoso
chèvre mbuzi mbuji nkombo ntaba
lion simba ntambwe nkosi nkosi
arbre mti mucì niti moyete
tout yote, pia -ònsu konso nyonso
beaucoup -ingi -a bûngi -ingi mingi
faim njaa nzala nzala nzala
vie moyo, maisha moyo, bwenapànu luzingu bomoyi
sang damu mashi menga makila
tête kichwa mutù ntu motu
cheveu nywele lusukì lusuki losuki
œil jicho dîsu disu lisu
bouche kinywa mukana nwa munoko
dent jino dinu dinu linu
langue ulimi ludimi ludimi lolemu
dos nyuma nnyima nima mokongo
main mukono cyanza koko loboko
cœur moyo mwoyo, mucìma ntima motema
lune mwezi mwènji, ngondu ngonda sanza
étoile nyota mùtôtù mbwetete monzoto
air hewa kapeepà mupepe mopepe
vent upepo cipeepà mupepe mopepe
eau maji mâyi maza mayi
pluie mvua mvùla mvula mvula
maison nyumba nzubu nzo ndako
pierre jiwe dibwe tadi libanga
chemin njia njila nzila nzela
ciel juu dyulu zulu likolo
nuage wingu ditutu tuti lipata
feu moto kapyà tiya moto
cloche kengele ngonga ngunga ngonga
tambour ngoma ngoma ngoma mbunda
nuit usiku butuku mpimpa butu
jour siku dituku kilumbu mokolo
chaud -a moto -sàlùka mbau moto
vide myupu tupù nkatu mpiaka
mauvais -baya bi mbi mabe
nouveau pya pyapya mpa sika
ancien -kuukuu -nunu nkulu kala
manger kula kudyà kudya kolia
boire kunywa kunwà kunwa komela
dormir, coucher kulala kulààla kuleka kulala
faire kufanya kwenza kusala kosala
voir kuona kumòna komona komona
entendre kusikia kuvwà kuwa koyoka
marcher, aller kwenda kwenda kuwenda kokenda
venir kuja kulwa kuwiza koya
mourir kufa kufwà kufwa kokufa
lire kusoma kubala kutanga kotanga
compter kuhesabu kubala kukonta kotanga
chanter kuimba kwimba kuyimbila koyemba
prier kuomba kusambila kusambila kosamba
donner kupa kupa, kupeesha kuvana kokaba
ouvrir kufungula kukàngula kuzibula kokangola
fermer kufunga kukànga kuzibika kokanga
Kiswa.
Ciluba
Kikon.
Linga.
zéro sifuri cijengu nkatu libungutulu
un moja ùmwà mosi moko
deux mbili ibìdì zole mibale
trois tatu isàtù tatu misato
quatre nane inaayi ya minei
cinq tano itaanu tanu mitano
six sita isambòmbù sambanu motoba
sept saba mwanda mutekèta nsambwadi sambo
huit tisa mwanda mukùlù nana mwambe
neuf munane citemba vwa libwa
dix kumi dikumi kumi zomi
onze kumi na moja dikumi ne umwe kumi ye mosi zomi na moko
douze kumi na mbili / sita mbili dikumi ne mbili kumi ye zole zomi na mibale
vingt kumi mbili makumi ibiidi makumole ntuku mibale
cinquante kumi tano makumi atanu makuma- -tanu ntuku mitano
cent mia lukàmà nkama kama moko
mille elfu cinunu funda nkoto moko
dix mille kumi elfu binunu dikumi mafunda kumi/kiasi monkoko
cent mille laki cishikula lundu elundu
un million milioni mbòmbù fumu efuku, makiasi
devant mbele kumpàla ndumbi liboso
derrière nyuma kunnyimà nima nsima
à gauche (attribut féminin) kushoto -à bakaji ku kikento na mwasi
à droite (attribut masculin) -a kuume -à baluma ku kiyakala na mobali
aujourd’hui leo leelù wunu, gunu lelo
semaine juma lumingu lumingu mposo
mois mwezi mwenji, ngondu ngondo sanza
an, année mwaka mwaka, cidimu m’vu, nvu mobu/mbula
lundi jumatatu dimwà kintete mokolo ya liboso
mardi jumanne diibîdi kin’zole mokolo ya mibale
mercredi jumatano diisâtu kin’tatu mokolo ya misato
jeudi alhamisi diinâyi kin’ya mokolo ya minei
vendredi ijumaa diitânu kin’tanu mokolo ya mitano
samedi jumamosi diisambòmbù sabala mokolo ya poso /saba
dimanche jumapili dyàlumingu kialumingu lomingo/ eyenga
janvier mwezi wa kwanza / januari cyongu (wa minanga) ngonda ya ntete sanza ya liboso
février mwezi wa pili / febuari lwîshi ngonda ya zole sanza ya mibale
mars mwezi wa tatu/marchi lwabanya (nkasu) ngonda ya tatu sanza ya misato
avril mwezi wa ine/aprili cisanga (nkasu) ngonda ya iya sanza ya minei
mai mwezi wa tano/mei lumùngùlù ngonda ya tanu sanza ya mitano
juin mwezi wa sita/juni kabalaashipu ngonda ya sambanu sanza ya motoba
juillet mwezi wa saba/julai kashipu (nkenza) ngonda ya sambwadi sanza ya nsambo
août mwezi wa nane/agosti cimungù (wa mashika) ngonda ya nana sanza ya mwambe
septembre mwezi wa tisa / septemba kabitenda ngonda ya ivwa sanza ya libwa
octobre mwezi wa kumi/oktoba kaswa mansense ngonda ya kumi sanza ya zomi
novembre mwezi wa kumi na moja / novemba kaswàbàngà ngonda kumi na mosi sanza ya zomi na moko
décembre mwezi wa kumi na mbili / decemba ciswà (munena) ngonda ya kumi na zole sanza ya zomi na mibale
Source

“Famille” by Lokua Kanza

Very nice song by Lokua Kanza. You’ll notice the chorus is in all 4 national languages of Congo.

Title: Famille
Artist: Lokua Kanza ft. Fally Ipupa
Album: Nkolo
Year: 2010
Label: World Village

2010_LK_Nkolo

Cipingudiji:
Ndi mukunanga bikola be (Cilubà)
Nakupenda (Swahili)
Mu me zola nge (Kikongo)
Famille nalingi bino (lingala)

[Remarkable] Speaking The 4 National Languages

José, an italo-belgian guy, speaking the 4 national languages of Congo. I think he beats almost everyone. Generally, strangers learn Lingala or Swahili depending on where they evolve but here he speaks all four. I have to admit, I’m impressed! Keep it up!

“Congo na biso” by Vodacom Super Star 2010

congonabiso